De nombreux locataires victimes de discrimination

 

De mémoire d’ACEF, nous n’avons jamais vu autant de discrimination de la part de propriétaires envers les personnes qui recherchent un logement.  La pénurie de logements incite bien des propriétaires à refuser de louer à certaines personnes.

Pourtant, la Charte des droits et libertés de la personne au Québec est claire : elle interdit toute discrimination basée sur la race, la couleur, le sexe, l’état civil, l’orientation sexuelle, la présence d’enfants, etc.

Les personnes qui ont fait face à un comportement discriminatoire peuvent porter plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Toutefois, il faut avoir recueilli des preuves pour démontrer qu’il y a eu discrimination: preuves écrites ou verbales, témoin(s), preuve que le logement était toujours libre après le refus, etc. On le voit rapidement : ce n’est pas toujours simple.

 Malheureusement, même si les gens portent plainte et gagnent leur cause, le processus ne permet pas de récupérer le logement souhaité. Le jugement peut entraîner le versement d’une somme d’argent au plaignant ou toute autre mesure pour mettre fin à la discrimination.

Certaines mesures peuvent vous aider dans la recherche d’un logement. Apportez une lettre de votre propriétaire actuel démontrant que vous avez toujours bien payé votre loyer et que vous êtes respectueux des autres locataires.

Vous pouvez aussi apporter des preuves de revenus : une lettre de votre employeur confirmant que vous êtes à l’emploi, talon de paie, etc. Si vous avez un mauvais dossier de crédit, dites-le au propriétaire en précisant que vous n’avez pas de dette de loyer.

La présence d’un accompagnateur lors de la visite d’un logement peut aussi vous aider, car il pourra agir comme témoin.