Aviez-vous réellement droit à la PCU?

 

La Prestation canadienne d’urgence était une action nécessaire pour soulager la pression financière sur les ménages touchés par la crise sanitaire. Cette mesure a été écrite et annoncée en différentes étapes. Une compréhension poussée des critères d’admissibilité est nécessaire de la part des demandeurs, puisque le gouvernement a fait le choix d’éliminer l’étape de vérification d’admissibilité par leurs agents dans un but d’efficience.

Tous les demandeurs ayant reçu la prestation n’y étaient pas nécessairement admissibles.

D’un discours à la base conciliant, le gouvernement tend de plus en plus à appliquer des mesures de recouvrement et des pénalités importantes aux demandeurs jugés fautifs.

Il y aurait donc éventuellement deux types de citoyens devant rembourser les sommes reçues : les gens de bonne foi et les fraudeurs. Les critères pour passer de l’un à l’autre ne sont pas connus. Aux fraudeurs, s’ajoutent les victimes de fraude par vol d’identité… une visite sur « MON DOSSIER » à l’ARC s’impose pour tous.

Si vous souhaitez être classés comme un demandeur de bonne foi, prenez les devants!
  1. Vérifiez votre admissibilité réelle avec l’Agence de Revenu du Canada (1-833-966-2099) ou d’un conseiller budgétaire de l’ACEF.
  2. Si vous constatez que vous avez une dette, chiffrez-la et établissez un plan de remboursement réaliste.
  3. Contactez l’ARC pour signifier votre bonne foi, votre désir de rembourser la dette encourue et proposer une entente réaliste le plus rapidement possible.
  4. Si vous avez perdu des prestations (comme l’aide de dernier recours) en raison de votre réception de la PCU, un organisme en défense des droits des assistés sociaux pourra vous aider à les retrouver.